fbpx
Programme Billetterie

Le Green Coding : porter la réflexion au niveau des services numériques

Retour à la liste des articles

Et si le mal-développement était l’un des principaux facteurs d’obsolescence des équipements ? Avec la réduction des contraintes en terme de puissance de calcul et l’augmentation du débit des réseaux, l’optimisation du code est devenu un enjeu réduit et on constate un phénomène d’”obésiciel”. Pour ne prendre qu’un exemple, le poids moyen d’une page Web a été multiplié par 115 entre 1995 et 2015 passant de 14 Ko à 1,6 Mo ! La diffusion des applications smartphone actives en continu multiplie les échanges de données entre synchronisation et mises à jour fréquentes. La révolution des objets connectés amplifie la prolifération de services numériques inutilement gourmands.

Pour y répondre, une solution serait d’appliquer les principes de l’éco-conception au code, c’est à dire l’intégration de la protection de l’environnement dès la conception d’un service numérique. Pour développer du Green Code, il faut tout d’abord mesurer la consommation ressources-énergie et en faire un indicateur de qualité fondamental du code produit. Dans la phase de conception il est également nécessaire de viser  une certaine sobriété de la conception en supprimant les fonctionnalités qui ne sont pas indispensables. Lors du développement enfin, il s’agit de mettre en avant l‘optimisation les performances du code, au-delà des questions de puissance ou de débit. Il s’agit donc d’une démarche englobante qui implique une prise de conscience de toutes les parties prenantes, du développeur au client final. Le choix des technologies a également un grand rôle : par exemple en 2018, Rasmus Lerdorf, le créateur de PHP a annoncé que la migration à PHP 7 réduisait d’au moins 25% la puissance nécessaire à la compilation permettant de rendre le code moins énergivore.

Mais qui va payer pour du Green Code ?

Il existe somme toute peu de développeurs qui se réjouissent de produire un code mal optimisé ou de développer des fonctionnalités inutiles. Pourtant bien souvent, lorsqu’on travaille en mode projet, l’objectif est de répondre aux demandes dans un planning serré en conservant le bon équilibre en terme de qualité. Pour pouvoir y intégrer la dimension du Green Coding, il est donc nécessaire de pouvoir la valoriser auprès des utilisateurs et d’optimiser sa mise en place.

S’il existe déjà des outils de diagnostic, des formations et des ouvrages (dont l’excellent Ecoconception Web les 115 bonnes pratiques de Frédéric Bordage dont nous parlions déjà l’année dernière et qui fait référence en la matière), l’enjeu est aujourd’hui l’appropriation et la diffusion de ces pratiques parmi les professionnels du développement. Un certain nombre d’agences Web se positionne déjà comme des agences “vertes” et des études d’impact mettent en avant une diminution pouvant aller jusqu’à 90% de l’empreinte environnementale en adoptant des principes d’éco-conception.

Si la prise de conscience est encore récente dans le domaine du Green Code, des acteurs se structurent et créent de l’expertise autour de ces questions. Le Club Green IT par exemple promeut la mise en oeuvre d’un numérique responsable et rassemble des acteurs publics comme privés. La notion de numérique responsable commence à s’intégrer au sein des politiques de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), ce qui se traduit notamment dans les logiques d’achat. Par ailleurs, un code moins énergivore, c’est également une amélioration de l’expérience utilisateur qui bénéficiera de temps de chargement réduits ou d’une meilleure durée de batterie. La maîtrise de l’éco-conception logicielle peut donc constituer un facteur de compétitivité pour des ESN ou des éditeurs et un certain nombre d’acteurs du numérique appelle à la structuration d’une filière d’excellence française autour du numérique responsable avec le soutien des pouvoirs publics. Garant d’une bonne expérience utilisateur, impactant, différenciant, alors le Green Code, on s’y met quand ?

Article rédigé par Antoine Chignier, proud bénévole 2019 😉

Reste dans le coin, d’autres articles sont à découvrir !
<